· 

La société, le héro (modèle) et l'image

Dimanche 24 octobre 1954 venait de se tenir l'ultime réunion des "Six" avant l'insurrection du 1er Novembre 1954.

Cette réunion s'est déroulée dans la demeure de Mourad Boukechoura, ancien chef scout de Bologhine, rue Comte Guillot, actuellement, avenue Bachir Bedidi, ouest d'Alger.

 C’est durant ce meeting que fut décidée la création du Front de Libération Nationale et de son aile militaire représentée par l’Armée de Libération Nationale.

Les six dirigeants parachevèrent le texte qui donnera le coup d’envoi à l’insurrection armée. Pour marquer le coup, ils se rendirent à Beb El Oued chez un photographe pour immortaliser ce moment qui allait marquer l’histoire contemporaine algérienne (la première image officielle de la révolution algérienne de 1954). Ce sera l’unique photo de ce groupe que la vie va séparer...

Debout, de gauche à droite : Rabah Bitat, Mostefa Ben Boulaïd, Didouche Mourad et Mohamed Boudiaf. Assis : Krim Belkacem à gauche, et Larbi Ben M'hidi à droite.

Des héros nationaux, dont les actions et les personnalité sont honorées jusqu’à aujourd'hui. Ils se sont sacrifiés pour défendre un idéal et des valeurs, pour offrir aux générations futures une nouvelle réalité. Ils sont devenus partie intégrante de notre mémoire collective, ils vivront éternellement en partie grâce a l'influence de l'image ...La vie montre la nécessité pour les individus d'avoir un ou plusieurs modèles (ou inspiration). Par définition, un modèle  est une représentation jugée "idéale" dans sa façon d’être et d’agir, à laquelle on souhaite s'identifier en adoptant les mêmes critères, physiques ou moraux.


Les images  du passé qu'on a de notre communauté et de nos héros nationaux nous permettent, au fil du temps d’entretenir un imaginaire collectif.... Elles permettent de communier avec les différentes époques, elles créent le présent.

Dans notre société "moderne" en panne de valeurs collectives, l'image est partout l'image construit et structure la vie sociale, nous vivons à travers les médias, le mainstream, et les réseaux sociaux... Nous ne jugeons qu'a travers "l'image". On peut facilement faire le buzz et devenir "célèbre" en suivant la tendance et certains codes sociaux, en entretenant une certaine image, destinés a un certain public, on donnera l'illusion d'être un modèle le plus souvent cette image/illusion est éphémère et pas très utile...

Quand on y réfléchit ..., sommes-nous encore capable de créer de bonnes images, pouvons-nous encore transmettre de bonnes idées, ou valeurs ? peut-on toujours considérer l'image comme source intarissable de savoir, comme un moyen de communication qui lie les hommes entre eux ?

Qu'en est-il du héro ou modèle que la société d'aujourd'hui fabrique ? Qu'en est-il de son image ?

Que-sommes nous entrain de créer en thermes d'imagerie nationale ? Qu'allons nous laisser aux générations futures ?

 A travers ce projet (pilote), je m'essaie à l'image utile. Faire une reproduction de cette photographie, la partager et en parler pourrait peut-être la rendre d'actualité. Lui donner une seconde vie, de l'impact et une plus grande portée ... Considérant l'image comme un instrument de renforcement de la solidarité entre les membres d'une même communauté...

Je remercie mes collègues, amis et artistes de m'avoir prêter leur image pour cette reproduction photographique.

Debout, de gauche à droite : Yacoub VATO, Redwane RESNA, Islem Zé, et Amine SNEAK.

Assis : Farid DIAZ à gauche, et Youcef KRCH à droite. 


Écrire commentaire

Commentaires: 0